Nom vernaculaire : Empuse commune, diablotin de Provence.
Nom scientifique : Empusa pennata.
Taille : Jusqu’à 7 centimètres.
Couleur(s) : Marron ou vert.
Chant/cri : Aucun.
Régime alimentaire : Divers invertébrés.
Statut de protection : Aucun.
Informations complémentaires : Le nom de « diablotin de Provence » donné à la larve fait référence à son abdomen toujours relevé faisant penser à un diable.

Nom vernaculaire : Mante d’Étrurie.
Nom scientifique : Ameles spallanzania.
Taille : Jusqu’à 38 millimètres pour le mâle et jusqu’à 26 millimètres pour la femelle.
Couleur(s) : Beige ou vert.
Chant/Cri : Aucun.
Régime alimentaire : Divers insectes.
Statut de protection : Aucun.
Informations complémentaires : Comme pour toutes les mantes, la couleur n’est pas liée au sexe de l’individu mais à son lieu d’évolution (vert pour un terrain d’herbe fraiche, beige pour de l’herbe sèche). Il existe un dimorphisme sexuel chez l’espèce. Outre la différence de taille entre les deux individus, le mâle a l’abdomen fin, droit et les ailes développées alors que la femelle a l’abdomen large, relevé et les ailes réduites à l’état de moignons.

Nom vernaculaire : Mante religieuse.
Nom scientifique : Mantis religiosa.
Taille : Jusqu’à 8 centimètres.
Couleur(s) : Vert ou gris brun.
Chant/Cri : Aucun.
Régime alimentaire : Divers invertébrés. Occasionnellement, quelques vertébrés de petite taille.
Statut de protection : Espèce protégée en Ile-de-France.
Informations complémentaires : Cette espèce et la seule représentante de son genre. Contrairement à ce que l’on croit, les deux couleurs de l’espèce ne déterminent pas le sexe de l’individu.
Un art martial, le tang lang quan ou « boxe de la mante religieuse » à été créé en s’inspirant des mouvements de prédation de l’insecte.
Lors de l’accouplement, il arrive que la femelle mange la tête du mâle.
Le nom de l’espèce provient de la position repliée de ses pattes avant évoquant quelqu’un en train de prier.